stevie_wonderPour inaugurer cette nouvelle rubrique "jardin des plantes", rien de tel qu'un disque vantant les mérites de la chlorophylle ! Bien avant Laurent Voulzy et son "pouvoir des fleurs", Stevie wonder l'avait compris.

Jusqu'en 1979, Stevie Wonder transforme en or tout ce qu'il joue (et compose). Il a fournie au label Motown une floppée de hits dans les années 1960 (rappelons que sa carrière commence à l'âge de 12 ans !) et a traversé la décennie 1970 à coup de concepts-albums vertigineux. Music of my mind parait en 1972 suivi du triptique Talking book (1973), Innervisions (1974) et Fulfillingness' first finale (1975) pour finir par l'ultra-récompensé double album Songs in the key of life en 1976. Et quand les producteurs de Motown lui demandent ce qu'il va faire ensuite, le chanteur leur rétorque "la musique d'un documentaire sur la vie des plantes"; là ça tique, forcément... on croit à une plaisanterie, mais non, notre challenger qui avait carte blanche jusque là doit imposer son projet. Les fans ne comprennent pas, les charts non plus...
Donc arrive cet OVNI, double album une fois de plus (avec sa belle pochette en braille et en relief), composé de bric et de broc; on citera pelle mêle un disco, un chant africain, un autre asiatique, de l'électro, des balades mielleuses, du new-age et même une cantate d'église ! Mais, si le projet surprend au premier abord, la majorité de la chose est bonne à reconsidérer et à réécouter : aujourd'hui il reste le dernier chef-d'oeuvre du génie, l' acte de naissance de l'ambiant par l'ex-petit prince de la soul. Ensuite celui ci donnera à son public ce qu'il cherche, l' album Reggae-disco commercial Hotter than July et ses tubes redondants Master Blaster ou Happy birthday (tu parles)... Puis ce sera le début de la fin.

real2La note de Geekprien : 5/10

Extraits : stevie_wonder_power_flower

              stevie_wonder_race_babbling

             stevie_wonder_kesse_ye_lolo_de_ye