associationCalifornie 1967 : des fleurs, du soleil, des rêves plein la tête, des hippies, des hippies et encore des hippies.. il n'y a guère que les Doors durant ces années là pour ne pas croire à l'avenir dorée des états unis. La plupart de ces groupes dits "psychédélique" véhiculeront un message de paix et d'amour dans leurs chansons (et c'est à peu près tout).
The association n' auraient pu n'être qu'une formation de plus retrouvée dans les bacs "vintage" des disquaires si le tube universel never my love n'avait pas conquis pendant quelques semaines les charts du monde entier (sauf en France, pays de la variété). En effet, encore aujourd'hui on peut entendre ce hit un peu partout, pour preuve je l'ai découvert sur olympic radio (la radio tchèque pendant de notre radio nostalgie nationale, moins "variétoche" cela dit).
Never my love mérite le succès qu'elle a eu, et le groupe peut être fier d'avoir engendré un tel chef-d'oeuvre, une petite sucrerie remplie de choeurs angéliques, de nappes de guitares (!!!), de solo d'orgues (!!!) d'espoir, d'illusions (?); bref le slow ultime. Mais l'album contient aussi d'autres trésors cachés un peu moins niais que le reste de leur carrière, tel ce wantin' & gettin'  tout en sitar que n'aurait pas renié aujourd'hui un Beck ou un Ben Harper. Un album a (re) découvrir donc...

real2La note de Geekprien : 8/10

Extraits : association_never_my_love

             

association_wantin___gettin